Prairie et hippodrome

LA PRAIRIE, le poumon vert de la ville

La Prairie est un élément principal du patrimoine historique et naturel de la ville. L’histoire de ce monument vert de 90 hectares, situé à deux pas du centre ville, est attachée à celle des Caennais.


La Prairie est citée dès 1027 dans un texte qui la qualifie comme “la chose du Duc”. Par le jeu d’acquisitions et de donations, une partie de ces prés, “la Prairie de l’Abbé”, passe sous le contrôle de l’Abbaye-aux-Hommes. Ce qui n’empêche pas les habitants d’y faire paître leurs animaux à l’époque des “secondes herbes” ou du “regain”. L’usage fut d’ailleurs transmis par le Droit Normand jusqu’à l’époque contemporaine.


Le site est inscrit à l’inventaire depuis 1932, protégé… et inondable. Il sert ainsi de réservoir lors des crues de l’Orne. Aujourd’hui, la Prairie est le poumon vert de toute une cité, un lieu de récréation, de jogging, et de flânerie très apprécié des Caennais.


A l’est de la Prairie, l’hippodrome déroule son ruban de terre ocre ceinturant le tapis vert de la Prairie. La première course de trotteurs est organisée ici en 1834 et, en 1864, les éleveurs normands créent l’ancêtre de la Société d’Encouragement du Cheval Français. La SECF est d’ailleurs toujours propriétaire des bâtiments. Caen est depuis la capitale du trot et de l’élevage des trotteurs.


La Prairie, réserve ornithologique, est aussi un milieu naturel humide, un site d’observation champêtre, un espace de découverte de la faune et de la flore. Le plan d’eau, creusé en 1982, à l’ouest du site naturel, est le lieu de vie de hérons, cormorans, poules d’eau, mouettes rieuses et autres bécassines, peu habitués à une telle proximité avec la ville.

 

LA FORET DE GRIMBOSQ, la forêt des Caennais

A quinze kilomètres de Caen, c’est un parc communal de 475 hectares qui s’étend entre les communes de Grimbosq et Saint-Laurent. Ancien lieu stratégique médiéval pour contrôler le franchissement de l’Orne, dont les terres étaient considérées comme trop pauvres par les moines pour en faire des cultures, cette forêt est restée un lieu de verdure. Au nord, la motte féodale du XIème siècle témoigne de la position privilégiée du site.


Lieu prisé de détente et d’activités physiques, Grimbosq est aujourd’hui une référence pour de nombreuses disciplines : la randonnée avec le GR36 qui relie Ouistreham au Mans, le VTT avec des circuits recensés par la fédération, la course d’orientation (la forêt est classée parcours national), les raids aventure…

Un vaste arboretum avec des espèces d’arbres en provenance de trois continents et un parc animalier de 8 hectares présentant des espèces « classiques » de cervidés et de faune des bois viennent compléter l’offre de ce site qui accueille chaque année 260 000 visiteurs.

Insolite : la forêt de Grimbosq accueille un cimetière d’animaux domestiques (plus de 600 concessions de quatre ans, renouvelables une fois, y sont disponibles)

 

CAEN : Capitale de la coccinelle

 

Des coccinelles à sept points et à deux points sont élevées pour lutter contre les populations de pucerons dans les serres et les espaces verts de la ville. Une partie de la production est distribuée aux Caennais et personnes de la région pour assainir leurs propres jardins.


Caen, cité verte et écologique, est la première ville de France et d’Europe à avoir lancé une telle expérience, et à vouloir démontrer qu’il existe d’autres méthodes que la lutte chimique.