Histoire de Caen

 

Le nom de Caen est mentionné pour la première fois dans un texte, en 1025, pour rendre compte de la formation d’une agglomération de plusieurs bourgs. La ville naissante fait partie du territoire de Normandie, ancien duché cédé aux Vikings un siècle plus tôt. Guerriers redoutables, les Normands vont porter leurs exploits jusqu’au royaume de Sicile et s’affirmer comme de puissants souverains. A partir de 1050, c’est l’un de leurs plus grands représentants, Guillaume le Bâtard, dit le Conquérant, qui va faire basculer le destin de la ville en faisant de Caen l’une des plus puissantes cités de Normandie.

 

Dès la conquête de l'Angleterre par le duc Guillaume, le devenir de la ville est fortement lié à la puissante île qui lui fait face. Pendant la guerre de Cent ans, l'occupant anglais participe à l'évolution de la cité ducale. Le roi Henri VI décide notamment la construction de l'université. Achevée en 1432, c'est l'une des plus anciennes universités de France.


Née à l'époque romane, Caen s'épanouit à la Renaissance : la splendeur de l'hôtel particulier d'Escoville en témoigne, comme les maisons à pans de bois des Quatrans et de la rue Saint-Pierre. Caen est alors renommée comme étant “l'Athènes normande”. Dans le sillage du poète François de Malherbe, une vie intellectuelle intense imprègne la cité. Jusqu'au siècle des Lumières, Caen connaît une période de paix et de prospérité et façonne son visage urbain.

 

Au XIXe siècle, la ville entre dans l'ère industrielle. Le chemin de fer relie la ville à Paris en 1855, le canal de Caen à la mer est ouvert en 1857 et permet au port de commerce caennais de connaître un essor à l'échelle internationale.

 

Le 6 juin 1944, Caen se trouve au centre du destin mondial avec le Débarquement de Normandie, bataille décisive pour la libération de la France et de l'Europe qui engagea 3 millions d'hommes. Après avoir subi les bombardements alliés pendant l'été 1944, Caen est reconstruite et embellie. La ville affirme alors ses valeurs d'engagement pour la paix, la solidarité et la défense des Droits de l'Homme avec la création du Mémorial de Caen. Ce message que Caen porte à travers le monde entier lui a valu de recevoir en 1999 la mention d'honneur au Prix Unesco des Villes pour la Paix.

 

La pierre de Caen : une pierre à nulle autre pareille

 

Née il y a 165 millions d'années des hasards heureux de la géologie, la pierre de Caen est une roche calcaire aux qualités reconnues dès l'Antiquité.

Finesse et homogénéité de son grain, belle couleur ocre, facile à tailler, peu gélive, la liste de ses qualités est longue.

Son meilleur ambassadeur fut sans nul doute le duc Guillaume qui l'emmena au XIe siècle conquérir l'Angleterre.

Des 11 millions de mètres cubes estimés, extraits des sous-sols de la ville, on a fait les plus beaux monuments, à commencer bien sûr par les deux abbayes et le château caennais.

La Belgique, la Hollande, l'Allemagne, l'Italie, les Etats-Unis, les Iles Bermudes, le Canada sont parmi d'autres, des visas à porter sur le passeport de cette grande voyageuse.

Un temps délaissée au début du vingtième siècle, la pierre de Caen est à nouveau extraite pour alimenter les grands chantiers de restauration parmi lesquels l'église Saint-Pierre de Caen ou la cathédrale de Canterbury et Buckingham Palace en Angleterre.